Archive by Author

Ex-L’Parisien Vs WesFrance

27 Août

La PQR est une grande famille. On se taquine, on s’embrasse, on se fait des coups bas, on se réconcilie, on envoie des piques à effet poil à gratter. Et ce n’est pas qu’avec les concurrents directs que cela se passe ainsi.
A l’occasion d’un des plus grands festivals de France (j’ai dit grand, pas forcément connu et reconnu), un invité de marque s’est joint à l’équipe de la rédaction : Noël, président du festival en question et accessoirement ancien patron du Parisien (l’Equipe, i>télé, RTL… ne rayez pas la mention inutile toutes sont correctes). Et il n’a pas hésité à donner un petit coup de pied dans la fourmilière.

Ouest-France

ROUND 1 :
Noël : « L’équipe est brillante, l’écriture est d’une grande qualité. Mais bon, un quotidien qui raconte mercredi ce qui s’est passé lundi… le format pour le coup, c’est plus celui d’un mag. Au Parisien, pour un match de foot au Stade de France, on retardait le bouclage pour que le lecteur ait des infos fraîches le lendemain.  »
Ex-L’Parisien 1 – 0 WesFrance

ROUND 2 :
Chef de rédaction WesFrance : « Certes. Mais retarder le bouclage signifie retarder l’impression et la distribution dans tout l’Ouest. Et un lecteur qui n’a pas son journal livré à l’heure le lendemain matin est un lecteur mécontent qui se désabonne. »
Ex-L’Parisien 1 – 1 WesFrance

ROUND 3 :
Noël : « Argument rejeté. Ce sont aux journalistes (la rédaction en chef incluse, Note de moi) de décider du journal qu’ils font. Ce n’est pas à ceux qui le commercialisent de tenir les rênes. »
Ex-L’Parisien 2 – 1 WesFrance

ROUND 4 :
Chef de rédaction WesFrance : « C’est le lecteur qui décide. Et le lecteur préfère avoir un journal avec la plupart des infos à l’heure, que pas de journal avec les dernières news. »
Ex-L’Parisien 2 – 2 WesFrance

Egalité. Fin du match, qui s’est tenu dans la plus grande convivialité.

Publicités

Libérons le goéland

27 Août

Une rédaction de PQR en bord de mer a parfois des visiteurs improbables, qui débarquent sans tambours ni trompettes. Et repartent aussi calmement qu’ils sont venus.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Réanimation de l’information

14 Juil

Une de mes collègues de la rédaction fait la tournée téléphonique. Lorsqu’elle appelle la sécurité civile, une jeune femme répond :

« Oui bonjour… je suis journaliste à France 5.

– Et bien moi je suis de Ouest-France. J’appelle comme tous les jours pour savoir s’il y a eu des interventions dans la journée. Est-ce que je pourrais avoir quelqu’un de la sécurité civile ? »

– Ah non, là ils sont partis mais c’est juste pour une intervention sanitaire.

– Rien d’autre ?

– Si, ils sont intervenus pour un massage cardiaque… Mais en fait, c’était une simulation, on avait besoin d’images pour un reportage ! »

Pour les intéressés, le reportage sera diffusé en septembre.

La locale ou le mélange des genres

13 Juil

Militaires / Aristos / BB Brunes : la totale

Mercredi 7 juillet

Rendez-vous à la base des fusiliers marins et commandos de Lorient.

La totale : grillage, barrières de sécurité, contrôle d’identité. Puis café et madeleine… super sympas (le ton n’est pas ironique) : « et maintenant c’est une civile qui nous donne des ordres pour la photo! » j’attends le « heureusement que c’est une demoiselle »… que j’entends derrière moi.

Jeudi 8 juillet

Rendez-vous au manoir de la princesse de Polignac.

La totale : longue allée de peupliers, terrain et château-hôtel immense, chapelle privée, personnel aux petits soins, les « courtisans » super sympas, photo dédicacée de la reine Elizabeth, petits fours et cidre non pas low cost mais locaux (oui elle a son propre potager bio). J’en profite pour renverser un peu de jus de toast sur l’immense tapis moltonné… Argh ! je m’éloigne discrètement du lieu du crime. Le correspondant me raconte ensuite que la princesse a des habitudes étranges : elle ne supporterait pas par exemple qu’il y ait des clients dans l’hôtel en même temps qu’elle. Leurs réservations seraient donc cordialement annulées. Mouais. A vérifier quand même.

La princesse, c’est celle à gauche !


Vendredi 9 juillet

Rendez-vous avec les BB Brunes au bar-resto La Base, The place to Be in Lorient. La totale : quatre gars plus jeunes que moi (et un coup de vieux, un!), , dont deux qui se prennent un mojito, plus pressés de partir que de répondre à mes questions… On peut les comprendre, je suis la dernière « journaliste » à passer. J’enchaîne les questions, en arrive à celle du « rituel avant concert ». Réponse : on fait des chats-bites… Ouais non notez pas, ils vont pas apprécier. » Com’ rôdée, ça s’est fait. Je finis avec les photos, les remercie, baisse la tête 3 secondes puis la relève. Ah ouais, ils étaient vraiment pressés de partir !

(Photos Ouest France)