Archive | juillet, 2011

Amour fraternel

29 Juil

Entendu hier sur la plage, alors que le Pays basque retrouvait enfin le soleil

« Monsieur, monsieur, vous pouvez m’aider s’il vous plaît ?

– Bien sur mon enfant, mais à faire quoi ?

– A massacrer mon frère ! »

Publicités

Il avait les crocs

29 Juil

Aujourd’hui, après une journée de boulot, je profite des Fêtes de Bayonne.

Toute de rouge et de blanc vêtue, le foulard noué autour du cou, je me lance dans la foule des Festayres avec bonne humeur et motivation ! C’est parti pour une soirée de folie, à danser dans les penas jusqu’au bout de la nuit.

Premier arrêt dans la pena d’une connaissance, qui m’offre un verre. La soirée commence bien. Accoudée au comptoir, je discute tranquillement avec ma voisine, en sirotant ma Vodka-pomme.

Soudain, une douleur fulgurante à la fesse (oui, oui, la fesse) me fait grimacer. Je me retourne aussitôt et découvre, éberluée, un abruti passablement éméché, accroupi à mes pieds, un sourire qui laisse deviner un Q.I digne d’un poisson rouge et un taux d’alcoolémie dépassant le raisonnable.

Vous l’aurez sans doute compris, je viens de me faire mordre la fesse droite par un imbécile bourré en rouge et blanc.

Sous l’effet de la surprise, je ne réagis pas. Et regrette aussitôt mon absence de réflexe en voyant ce malade mental qui s’est pris pour un bouldogue enragé s’éloigner comme si de rien n’était. Suffocant d’indignation, et de douleur (oui, ça fait mal des canines aiguisées plantées dans la fesse moelleuse déjà bien garnie de jambon de Bayonne), je reste clouée sur place, incapable de réagir autrement que par un « Hé, mais ça va pas ?!?! »

Ca, c’est de la répartie. Reprenant mes esprits, je m’imagine déjà en train de sortir de la pena, rattraper l’insolent croqueur de fesse et lui asséner, dignement, un bon coup de genou là où ça fait mal.

Sauf que, le temps d’échaffauder mes ingénieux plans de vengeance, le bouldogue en rouge et blanc a disparu.

Et j’ai toujours aussi mal.

Etre une femme libérée

29 Juil

Entendu hier, aux Fêtes de Bayonne.

Deux femmes, la quarantaine bien sonnée, discutent :

 » Tu te sens plus femme ou pute toi ?

– Oh, pute

– Ouais, moi pareil… « 

La phrase du mercredi 27 juillet

27 Juil

JARGON DE SR

Un SR, au téléphone avec un journaliste :  » Non, ce n’est pas moi qui vais te monter, c’est Josselin… »