Petite astuce à l’usage du novice de PQR (3) : le coup du Pastis

21 Août

Avant-propos

Ces astuces n’ont pas pour but de vous délivrer la science infusée du journalisme de type PQR, qui ne peut être parfaitement maîtrisé que via une longue et intense confrontation avec le terrain. Cependant, ces astuces pourront servir de boussole, d’étoile polaire ou de GPS pour les néophytes afin de mieux les guider sur le chemin parsemé d’embûches qui mène à la perfection du journalisme local.

Situation

A l’instar de la première astuce, vous devez rencontrer l’organisateur d’un événement quelconque dans un lieu-dit d’une commune éloignée de votre camp de base. Vous regardez vite fait sur googlemap où se situe le lieu de rendez-vous et tentez de mémoriser l’itinéraire à suivre. Vous ne notez aucune indication par écrit, ni ne prenez de GPS (de toute façon vous avez préféré investir dans l’intégrale de Derrick plutôt que dans un GPS, et vous avez bien fait). Pourquoi agissez-vous de la sorte? Parce que vous êtes persuadé d’avoir le sens de l’orientation d’un majestueux oiseau migrateur et non celui d’un vulgaire palourde.

Pis, à la manière d’un Hernan Cortes brûlant ses navires avant de partir à la conquête de l’empire aztèque, vous vous coupez toute retraite en ne prenant même pas le numéro de téléphone de votre contact sur place. Vous arriverez à destination sans aucune aide extérieure et grâce à votre seule sagacité. Votre honneur est en jeu.

Sauf que vous vous rendez vite compte que votre honneur vous amène à agir de façon irrationnelle. Et arrive donc ce qui devait arriver. Vous êtes complètement perdu. Et comme c’est l’heure du midi, pas un autochtone pour vous renseigner. Vous voyez les minutes défiler sur le cadran de votre véhicule alors que vous parcourez en tout sens les départementales du coin, sans jamais apercevoir le lieu-dit. L’énervement monte et vous avez même éteint la radio. C’est vrai que William Sheller, quand on est perdu, c’est dur.

Finalement vous trouvez un papi qui vous renseigne et atteignez le lieu-dit avec 50 minutes de retard. En d’autres lieux, votre interlocuteur aurait plié les gaules il y a longtemps mais là non. Rapidement on s’aperçoit de votre présence: « Eh, c’est le p’tit jeune de Midi Lib/Sud-Oues/WesFrans/Daubé/Pêche-mouche (rayez la mention inutile) ». Bonjour l’inexpérience. Ajoutez à cela votre retard et c’est votre crédibilité qui vient de prendre un sacré coup.

De surcroît vous avez opté ce matin pour une chemise bleu ciel assez classe. Malheureusement parmi l’assemblée présente, vous dépareillez et passez pour le jeune citadin un peu condescendant. Un t-shirt aurait été tellement plus souhaitable.

Enfin vous débutez l’interview. Le vous est de rigueur mais pas pour votre interlocuteur qui rapidement vous tutoie. Persévérant vous poursuivez avec le vous. Malaise. L’entretien se termine avec vos excuses répétées et confuses au sujet de votre retard. Le climat est plutôt tendu et la méfiance de mise. Heureusement l’astuce intervient et permettra d’instaurer des relations complices et respectueuses et de restaurer votre prestige de journaliste de PQR, jusque-là sérieusement malmené.

Astuce

Vous vous dirigez vers votre véhicule quand un des gars présent vous hèle: « Tu viens boire un coup? »
Sérieux vous refusez, mais cette fois-ci c’est votre interlocuteur qui revient à la charge. A ce moment acceptez. Vous entrez ensuite dans une habitation et trouvez une demi-douzaine de bénévoles autour d’une table. On vous sert un pastis et la conversation s’engage. Ne faites pas le timide. Prenez la parole, plaisantez, usez d’autodérision et surtout finissez votre verre. Prouvez que les journalistes savent boire. Au bout d’une quinzaine de minutes, la glace s’est brisée et c’est après une tape sur l’épaule que vous prenez congé. Gagné. La prochaine fois que vous aurez votre contact au téléphone, il vous appellera « chef ». Votre prestige est restauré alors que l’affaire sentait le sapin mais le coup du pastis est venu à votre rescousse.

Bonus

Au cours de la conversation, amenez vos hôtes à critiquer l’hebdo local concurrent, vous savez celui qui appartient au même groupe de presse que votre canard, en lançant des phrases anodines du type « regardez, nous, nous vous avons consacré une demi-page alors qu’eux seulement un encart… » Ils opinent du chef, c’est gagné. Passez à l’étape suivante. Demandez-leur de vous prévenir dès qu’il se passe quelque chose dans la commune. En général, ils accepteront. Bien joué, vous venez de renforcer votre réseau d’informateurs.

Défaut

Le Pastis sera dosé de la façon suivante: un volume de plâtre pour un volume d’eau (ou inversement). Au vu de l’ambiance virile qui préside autour de la table, vous n’osez demander un complément aqueux. Après avoir difficilement ingéré cette boisson, trop forte pour vos délicates papilles, voilà que l’on vous propose un deuxième service. Là encore impossible de refuser. Ce n’est qu’après ce deuxième Pastis bien serré, que vous vous rendez compte que vous devez repartir en voiture et que vous n’avez pas de capitaine de soirée. Au mieux vous perdez des points sur votre permis probatoire, au pire, vous vous encastrez dans un car de transport scolaire.

Gromyko

Publicités

3 Réponses to “Petite astuce à l’usage du novice de PQR (3) : le coup du Pastis”

  1. Anastasia 21 août 2010 à 16 h 33 min #

    Ça me rappelle un moment gênant, l’an dernier à Sud Ouest. J’ai refusé un « pastis maison » avec un « Oh non pas pendant le travail » avant de les voir se servir une part de pastis landais. Un gâteau. Oui oui.

  2. Mikl 21 août 2010 à 21 h 24 min #

    Ce que tu écris est poilant et très proche de la réalité. Chapo!
    Mikl

  3. neric 23 août 2010 à 10 h 51 min #

    tellement vrai…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :