Petite astuce à l’usage du novice de PQR

3 Août

1ère astuce : le coup de l’appareil photo

Avant-propos

Ces astuces n’ont pas pour but de vous délivrer la science infusée du journalisme de type PQR, qui ne peut être parfaitement maîtrisé que via une longue et intense confrontation avec le terrain. Cependant, ces astuces pourront servir de boussole, d’étoile polaire ou de GPS pour les néophytes afin de mieux les guider sur le chemin parsemé d’embûches qui mène à la perfection du journalisme local.

Situation

Vous avez rendez-vous pour couvrir la préparation d’un spectacle ou autre évènement de ce type. Vous avez bien vérifié que la batterie de votre appareil photo est pleine et vous avez pensé à emporter deux stylos à bille ainsi qu’un crayon de bois car chacun sait que ce dernier ne peut tomber en panne (sauf si vous pétez la mine et que vous n’avez pas de taille-crayon…). En revanche vous avez oublié de regarder le nom de la personne que vous devez rencontrer sur place, en général le ou la président(e) de l’association organisatrice. Pire, c’est vous-même qui avez pris le rendez-vous avec cette personne mais impossible de se souvenir de son patronyme.

Vous arrivez sur place et vous voulez éviter de passer pour un bleu en demandant à n’importe qui : « Bonjour! Euh…excusez-moi…euh…je suis journaliste à Midi Lib/Sud-Oues/WesFrans/Daubé/Pêche-mouche (rayez la mention inutile) … euh je cherche le responsable… » Là en général, vous en avez pour dix bonnes minutes d’allers-retours incessants parmi les bénévoles avant de tomber sur le bon interlocuteur. C’est là qu’intervient la petite astuce.

Astuce

En premier lieu, adoptez une attitude décontractée. Ensuite baladez-vous quelques instants sur zone. Puis sortez votre appareil-photo. Le piège se met en place. Si vous avez un Reflex, c’est banco mais même un compact fera l’affaire. Ensuite prenez des photos de manière ostensible. Peu importe ce que vous photographiez, cela n’a que peu d’importance.

Au bout d’une minute, une personne se présente à vous en vous tendant la main et en déclinant son identité. C’est gagné ! Il y a neuf chances sur dix pour que ce soit le patron de l’événement. Présentez-vous. Si la personne ne réagit pas enchaînez en lui demandant si elle est disponible pour quelques questions. Elle répond par l’affirmative. C’est dans la poche. Vous avez, avec grande classe, surmonté le défi que représentait l’ignorance de l’identité de votre interlocuteur.

Explication

Le coup de l’appareil photo inverse le principe du rendez-vous. Ce n’est pas à vous d’aller à la rencontre de la source mais l’inverse. Cette astuce repose néanmoins sur le postulat que la seule personne qui puisse prendre des photos pendant une préparation de spectacle est un journaliste de PQR. Si d’aventure, il y a d’autres photographes sur les lieux, prenez un air inspiré et l’on vous reconnaîtra de suite.

Variante

Ne vous présentez même pas, votre interlocuteur doit vous connaître car vous êtes le seul journaliste à 20 bornes à la ronde, et enchaînez les questions. La classe internationale.

Gromyko

Publicités

8 Réponses to “Petite astuce à l’usage du novice de PQR”

  1. Juju l'Amoroso 3 août 2010 à 14 h 28 min #

    Haha, c’est exactement ça !
    Moi j’ai une variante : si jamais les personnes concernées ne m’ont pas vu arriver dans ma voiture aux couleurs du journal, je sors mon carnet et mon stylo…
    Ca marche toujours, cette technique est infaillible !

    • Pierre Bob 4 août 2010 à 21 h 46 min #

      Je valide complètement la technique du carnet. Autre option : interroger n’importe qui. Très vite le bruit se répandra qu’il y a un journaliste. Plus qu’à attendre la véritable victime !

  2. Batman 3 août 2010 à 15 h 44 min #

    Totalement d’accord !!! 🙂

    Merci pour ces petits instants de journalisme made in PQR… ça rappelle quelques souvenirs !

  3. CamMomille 3 août 2010 à 18 h 29 min #

    Ah que j’aime ce petit extrait de la vie en détaché de Gromyko!
    Cette anecdotes nous est arrivée à tous! Sachez qu’en plus il m’est arrivé pire : Oubli du bloc-note! Et pas de stylos chez les gendarmes!
    Vive la crédibilité!

  4. père rouliane 4 août 2010 à 11 h 24 min #

    Gromyko mon amour, tu me feras toujours beaucoup rire. Un as du ridicule qui ne tue pas, un survivant des aventures les plus rocambolesques, même en PQR, je t’imagine très bien avec ton « air décontracté » légendaire, toi le dernier des mohicants du journalisme total. La prochaine fois pense au pin’s sur revers de la veste « Je suis journaliste, je vous emmerde ». Cheers, père rouliane

  5. Jean Mi 4 août 2010 à 12 h 25 min #

    Une bonne vieille technique à la papa, comme on les aime !

  6. Valli 4 août 2010 à 12 h 36 min #

    Bravo, ça sert aussi aux photographes 😉 ^

  7. Julie Posto 4 août 2010 à 22 h 27 min #

    Perso j’ai la technique après avoir papoté comme si de rien n’était pendant 5 minutes en attendant le concurrent : « au fait, pour votre nom, je vais vous demander de me l’épeler, je ne veux surtout pas faire de faute »…les trois quarts du temps ils sortent la carte avec identité et fonction… bingo, je te tiens mon coco !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :