Après les éléphants, les goélands roses…

6 Juil

Après les rats bleus, Lorient héberge des goélands roses ! Serait-ce pour donner un peu de couleurs à cette ville assez laide because entièrement détruite pendant la Seconde Guerre mondiale ? Ou le résultat de l’accouplement d’une mouette et d’un flamand rose ? Je l’ignore. En tout cas voici un extrait de la version de mon collègue M. Josse publiée aujourd’hui même :

Deux : les volatiles se seraient baignés dans les eaux de cuisson de crevettes rejetées dans le port.

Trois : ils auraient été peints exprès pour faire fuir leurs congénères et mettre fin aux nuisances de toutes sortes.

Quatre : ils sont nés comme ça…

 
Publicités

2 Réponses to “Après les éléphants, les goélands roses…”

  1. JMM 23 juillet 2010 à 18 h 39 min #

    Il faut mettre les choses au point: il s’agit bel et bien d’un acte de maltraitance.
    J’oeuvre en tant que bénévole au sein de la LPO, et nous avons donc recueillis trois des sujets concernés. Pas de doute; c’est de la peinture! Arrêtez les délires! Tous les ans, des poussins goélands subissent toutes sortes de sévices. Le coup de la peinture n’est pas nouveau, mais comme cette fois-ci la teinte était fluo, cela s’est vu davantage. Nous nourrissons de fortes présomptions quant au lieu d’exercice de ces «artistes », au moins pour certains, c’est pour cela que nous constituons un dossier en vue d’une procédure. Et ce, simplement pour que ce genre d’abus cesse, car il semble que les articles parus dans la presse, plutôt ironiques aient favorisé l’émergence de quelques « copycat » (oiseaux roses,oranges, verts de Lorient à Quimperlé).
    Rappel: les goélands font partie des espèces
    protégées selon la législation en vigueur!!!

    Et pour ce qui concerne le lien alimentation/couleur de plumage, appelez-moi
    quand vous trouverez un flamand rose avec le bec de la même teinte!!!!!!!

  2. Julie Posto 23 juillet 2010 à 19 h 05 min #

    En effet, suite à l’interview d’une personne travaillant au port qui a pu voir de plus près un autre goeland touché, il s’est avéré qu’il s’agissait effectivement de peinture. Si plusieurs théories ont été émises, c’est que tant que nous n’avons aucune preuve réelle, tant que nous ne pouvons défendre notre article à 200% après avoir croisé des sources, nous ne pouvons nous permettre d’affirmer une seule théorie par honnêteté intellectuelle. Donc mon collègue avait rassemblé auprès de sources plus ou moins adaptées les informations ou explications plausible, qu’il a ensuite retranscrites. celle du lien plumage/alimentation, c’est tout simplement parce que les personnes qui avaient pu jusque là observer les oiseaux étaient trop éloignés pour voir des traces de peinture sur le bec. Le doute avait été émis quant à la peinture du fait que les cas aperçus semblaient justement d’un rose qui paraissait « naturel » (pas flash, plus ou moins intégré au plumage).D’où l’explication de l’alimentation. Certes, les bains successifs des goélands ont sans doute effacé une partie de la peinture.
    Mon collègue savait que cette espèce était protégée d’où l’hypothèse que des personnes le faisaient à dessein parce que selon leur avis, les goélands pullulaient et les dérangeaient.
    Nous craignons d’ailleurs que la publication de cette brève dans le journal n’ait incité quelques « malins » à prendre eux aussi leur pot de peinture et à répéter ces mauvais traitements. D’où la publication prévue d’un article plus approfondi qui explique les conséquences graves de tels agissements dans le journal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :